MECHANICAL RESONANCE OF LIONS

Lions

PHOTOS     |     VIDÉO     |     NOTES

Mechanical Resonance of Lions (2012)
Concept et direction artistique | Joannie Douville
Création | Joannie Douville, Ariane Boulet, Andréa de Keijzer, Nelson Dario Martinez Torres
Interprétation | Ariane Boulet, Nelson Dario Martinez Torres, Andréa de Keijzer, Joannie Douville
Vidéaste | Andréa de Keijzer
Direction visuelle | Andréa de Keijzer
Textes | Joannie Douville et Ariane Boulet
Conception musicale | Gabriel Vignola, Ariane Boulet
Interprétation de la vidéo-danse | Ariane Boulet, Andréa de keijzer, Joannie Douville, Joey Lacroix Vasquez
Création de la première vidéo-danse et collaboration au concept initial | Luis David Caceres

Historique
Cabaret Spark du Studio 303, Montréal, QC. (Octobre 2013)
Journées de la culture au Studio 303, Montréal, QC. (Septembre 2013)
Résidence de création et présentation offerte par le Studio 303, Montréal, QC. (Août 2013)
Festival Auteurs de Troubles, Lyon, France. (Avril 2012)
Festival En PlaStik, Lyon, France. (Avril 2012)
Résidence de création et présentation chez la compagnie Danza Flux, Napoli, Italie. (Avril 2012)
Présentation à la mi-lune du Studio Fleur d’Asphalte à Montréal, Québec. (Novembre 2011)
Résidence de création offerte par Estantres Danza, Bogota, Colombie.  (Octobre 2011)

Description
Je peux accepter qu’il y ait des océans entre nous
Des mondes de plus en plus autarciques sous la surface, je peux y faire face
Mais les montagnes, cette densité opaque, je ne sais pas quoi en faire.
Je ne peux pas embrasser toute cette terre.
Pourtant quand tu vibres trop fort, je m’effondre.
Resonance disaster.
Je ne suis pas un pont.
Ou peut-être que oui. Toujours solidement en transition.

Mechanical resonance, mais sans calcul mathématique pour me prédire.
J’imagine que tout le monde a vu…
Ce dialogue de sourds, ce corps flou et la distance.
I can hardly feel Montreal as an island.
And I can see des dizaines de meurtres exactement comme je te vois. Là.

Dans la dernière année, j’ai passé plus de huit mois à l’étranger pour danser, me former, échanger, apprendre des langues et voir de nouveaux espaces. Cette curiosité débordante a imposé une nouvelle réalité : en semant des réseaux professionnels et personnels en Europe et en Amérique du sud, j’ai dû travailler, échanger, discuter et même vivre mes relations personnelles par l’intermédiaire de Skype (programme de communication par webcam). Moi qui traite des lieux et de l’investissement du corps dans ceux-ci à l’intérieur de chacune de mes créations, un questionnement s’est imposé à moi : qu’advient-il lorsque ce qui me touche humainement ne me touche plus physiquement? Et de manière plus large, qu’advient-il de la transformation identitaire dans un monde où les espaces physiques formatés par le contexte économique, social et géographique sont délaissés au profit de la présence de l’écran?  C’est à cette expérience que Mechanical Resonance of Lions appartient. J’ai souhaité traiter de la résonance à l’autre mais en l’absence de frontière. Donner poétiquement à voir le potentiel de résonance du point sensible d’une structure mécanique, biologique, humaine, voire même sociale. Je m’intéresse à faire sentir comment ce point est générateur autant d’énergie, producteur de musique comme dans une caisse de résonnance, mais aussi de fragilité. Un pont peut s’effondrer si dans sa construction, aucune mesure n’a été prise pour le solidifier, l’anticiper : « resonance disaster ».  Ni trop près, ni trop loin, mais quelle est la bonne distance?