LE CERF, OU MOI QUI CÈDE À L’ESPACE

Cerf

PHOTOS     |     VIDÉO

Le Cerf, ou moi qui cède à l’espace (2011-2013)
Concept original et direction artistique | Ariane Boulet
Vidéaste et direction visuelle | Andréa de Keijzer
Conception sonore, musicale et guitare | Gabriel Vignola
Montage vidéo et dramaturgie | Eddie Rodgers
Interprétation | Ariane Boulet et Frédéric Wiper
Répétitrice | Joannie Douville
Voix | Dominique Quesnel
Texte | Ariane Boulet
Conseillère au texte | Clémence Dumas-Côté
Interprétation piano | Mehrshid Afrakhteh
Concept original du solo lumières de Noël | Geneviève C. Ferron
Matriçage audio | Richard Addison, Trillium sound

Selection_Officielle_2013

Historique
Bourse de recherche et création du CALQ (2012)

Une mention est décernée à Le Cerf, ou moi qui cède à l’espace pour l’audace dans la performance, une imagerie inspirée et une volonté de décloisonner les formes scénographiques et littéraires, par le jury composé de Guillaume Lafleur, programmateur-conservateur des cinémas, de la télévision, de la vidéo et des nouveaux médias  québécois et canadien, Alexandre Mingarelli, adjoint à la programmation et de Fabrice Montal, directeur de la diffusion et de la conservation à  la Cinémathèque québécoise.

Le film (15 min)
Diffusion à Parcours Danse | 1er décembre 2015 | Agora de la danse
Diffusion par Cinédanse | 24 au 27 septembre 2015 | Musée de la civilisation, QC
*Nominé pour le Prix Lumière 2015
Diffusion à DanceFilm at Dancemakers | 2 mai 2015 | Toronto, ON
Diffusion par Quartiers Danses | 14 septembre 2014 au Musée des beaux-arts de Montréal | 15 septembre 2014 au Cinéma Beaubien
Première Québécoise le 21 mars 2014 à la 32e édition du Festival International du Film sur l’Art
Sélection officielle 2014 du Festival International du Film sur l’Art et des Rendez-vous du Cinéma Québécois
Première le 29 août 2013, Festival Art Spin, Toronto, ON
La vidéo-danse naît au solstice d’été! Avant-première le 20 juillet 2013…

Version scénique de 30 minutes pour deux interprètes, une caméra et un projecteur
*Résidence de création offerte par Estantres Danza, Bogota, Colombie. (Octobre 2011)
*Présentation au festival Grado Cero, Bogota, Colombie. (Octobre 2011)
*Présentation au festival Danza en la ciudad, Bogota, Colombie. (Novembre 2011)
*Présentation festival universitaire Auteurs de Troubles, Lyon, France. (Avril 2012)
*Présentation festival En PlaStik, Lyon, France. (Avril 2012)
*Résidence de création Danza Flux, Naples, Italie. (Avril 2012)
*Présentation à L’Asilo Della Conoscenza e della Creativita, Naples, Italie. (Avril 2012)

Description
La mort expire dans une blanche mare de silence.
                                                       – Aimé Césaire

Le Cerf est un animal de la solitude. Sans mots mais narré. Le Cerf est un animal de la beauté, se projetant constamment en relation. Ses paysages sont ceux du présent, vastes et bruyants de son intimité. Son corps oscille entre la résilience et l’abandon, entre la lenteur en contrôle et la vitesse gravitaire du lâcher-prise. La douceur d’un plein jusqu’à la peau l’expose dans tous ses contrastes, la peau comme un interface entre l’autre et soi, comme un miroir entre sa perception de l’autre et la perception de l’autre sur soi.

Cet intérêt pour le contraste entre la lumière et l’obscurité, les paysages ouverts et fermés, chauds et froids, prend racine dans la sensation polarisée de la solitude dans la relation, et hors d’elle. Elle s’exprime dans un rapport à la vidéo où le collage de l’image, le texte et le son produit de nouveaux espaces intimes, paysages du réel, d’où peut naitre la narration des deux danseurs. L’intimité vécue, poïétisée en œuvre vidéographique, est désireuse de générer une intersubjectivité avec le spectateur à partir de la sensation que peut produire cette dialectique entre l’œuvre et la vie.

L’œuvre visuelle forte de ses contrastes radicaux et de ce corps nu dans une plaine enneigée fut complétée grâce à la force et à l’intensité du travail de la chorégraphe Geneviève C. Ferron, qui installe le même corps nu dans la lumière incandescente des lumières de Noël. Avec une esthétique pure et vibrante à la vidéo et une composition recherchée et poignante au son, la vidéo Le Cerf, ou moi qui cède à l’espace se promet de proposer une perspective intime sur les dualités vécues par une enfant de la culture de la neige et de l’électricité.

CALQ2c     Logo cinédanse     LOGO GIV