COLLABORATEURS

Joannie Douville | Après une formation en danse, profil interprétation à l’UQAM, que j’ai terminée en 2009, j’ai complété un certificat en psychologie, orientation psychologie du développement. Dès l’année suivante, en 2010, je me suis jointe à la compagnie Dave St-Pierre pour la création de Foudres le troisième volet d’une trilogie incluant les pièces Un peu de tendresse bordel de merde et la Pornographie des âmes. J’ai ainsi eu l’occasion de danser dans l’ensemble des trois œuvres. Collaborant aussi régulièrement aux travaux des chorégraphes Sarah-Ève Grant, Genevière C. Ferron, Audrey Rochette et Jade Marquis, j’ai avec elles, multiplié les représentations à Montréal. Je vais me joindre prochainement à la compagnie Bouge de là(Hélène Langevin) pour la reprise de la pièce Ô lit ainsi que Daniel Léveillé danse. Cofondatrice du collectif En Cohorte, j’ai cosigné deux créations collectives qui furent présentées au Chili, en Bolivie, en Colombie et à Montréal. Dans la dernière année, je me suis lancée dans l’élaboration de deux productions personnelles avec Je suis Julio (de laquelle je suis également cofondatrice) intitulées Mechanical Resonance of Lions et N’arrête jamais d’inventer l’espace où je me trouve. Ces pièces ont été présentées à Lyon, à Naples et à Montréal (Festival Zone Homa et Vue sur la relève) et ont été créé lors de résidences au Studio Fleur d’Asphalte et au Studio 303. En parallèle, je travaille à l’élaboration d’un programme d’entrainement pour le travail de partenaire avec Milan Panet-Gigon rencontré lors de la création de Foudres et j’enseigne la danse intégrée depuis deux ans, avec Corpuscule Danse, compagnie dirigée par France Geoffroy.

Georges-Nicolas Tremblay | Issu des arts visuels, du théâtre et de la danse, Georges-Nicolas Tremblay a fait partie de la compagnie d’Hélène Blackburn (Cas public) pendant 6 ans, ce qui lui a permis de danser sur plusieurs scènes à travers le monde. Il a également travaillé, entre autres, avec Harold Rhéaume, Pierre Lecours, Chantal Caron, Caroline Dusseault, Alejandro De Leon, Dylan Crossman, Estelle Clareton et Louise Bédard. Plus récemment, on a pu le voir dans Ce n’est pas la fin du monde, la dernière création de Sylvain Émard. Il amorce un nouveau processus avec Isabelle Van Grimde en plus de se joindre à la distribution du Corps en question(s). Parallèlement à sa carrière d’interprète, il développe également son propre travail chorégraphique. Il a chorégraphié l’épisode The Void de la nouvelle web série Get back to me un projet de la compagnie Lost & Found qui est disponible sur le site de La Frabrique culturelle. Il est présentement à la maîtrise à l’UQAM où il se questionne sur la dramaturgie en danse. Il travaille d’ailleurs comme dramaturge et conseiller artistique pour différents chorégraphes, dont Ariane Boulet, Joannie Douville et Audrey Rochette.

Laurier Rochon | Artiste numérique de Montréal, j’ai complété mes études en Computation Arts à l’Université Concordia (BFA), puis Networked Media Studies du Piet Zwart Institute de Rotterdam, aux Pays-Bas (MFA). En produisant des travaux qui mettent en lumière l’absurdité, la difficulté et la complexité des technologies à assouvir nos désirs politiques, économiques et sociaux, je tente de recontextualiser la signification de nos interactions avec des machines dont nous dépendons, mais comprenons que très peu. La production d’un guide pratique pour dictateurs (“Dictator’s Practical Internet Guide to Power Retention”, 2012), un programme de clavardage menteur (“The Listener”, 2011) et un socle pour déodorant connecté à l’internet (“iamclean.org“, 2010) ont été présentés en amérique du nord et en Europe. Je suis également membre/dévelopeur pour Chokepoint Project, luttant pour les droits humains à l’intérieur de contextes numériques.

Eduardo Ruiz Vergara | Depuis 2001, je suis codirecteur et danseur de la compagnie Estantres Danza que j’ai fondée à Bogota en Colombie. J’ai, avec cette compagnie, développé une quinzaine de créations artistiques qui ont voyagé dans plus de 10 pays et suis reconnu comme directeur d’une des meilleures compagnies de danse de Bogota, ayant reçu un nombre important de bourses et de reconnaissances tant du ministère de la Culture de Colombie que d’institutions académiques et municipales.

Parallèlement, depuis l’année 2000, je fais partie du corps professoral du programme d’arts scéniques et de la maîtrise en études des arts de l’Université Distritale de Bogota où j’ai pu enseigner la danse aux acteurs. Cela m’a permis de développer différentes approches pédagogiques reliées aux problèmes spécifiques de la pratique corporelle et de l’entraînement, de la pratique créative et du senti. Les particularités de la création artistique, conjointement mon processus de réflexion pédagogique et artistique m’ont amené à réaliser une maîtrise interdisciplinaire en Théâtre et Arts vivants de l’Université Nationale de Colombie (2009). Initialement, le but était de creuser la relation entre le corps et l’image, mais au cours du processus cet intérêt s’est plutôt tourné vers le corps et le son : l’œuvre Concert pour Corps a par la suite été présentée une trentaine de fois dans plus de quinze pays. Je fais partie de divers groupes de recherche interdisciplinaire, du réseau Urdimbre et suis fondateur et codirecteur du Festival Grado Cero Teatralidades Expandidas, à Bogota. Des collaborations avec différents collectifs artistiques m’ont permis de gérer et de créer plusieurs actions artistiques et académiques dans des espaces publics et privés, qui ont trouvé dans l’interdisciplinarité un dialogue entre savoirs et pratiques.

Erin Robinsong | Je suis une artiste et une poète habitant à Toronto, Canada. J’ai un historique en danse contemporaine et en création artisanale de livres artistiques, en plus d’une maîtrise en création littéraire de l’Université de Guelph. Mes projets actuels incluent Swallowing Clouds avec la chorégraphe Yvonne Ng organisé par la Toronto Public Library, créant des performances multi disciplinaires partout dans la ville, et Wolves & Selves. Je suis également récipiendaire du “Irving Layton Award for Poetry”. Artiste et activiste à Toronto, je travaille sur un livre de poèmes qui investigue la vie des homonymes. J’enseigne finalement l’écriture et l’art au Humber College et au Harbourfront Center.
 

Partenaires Logos Combo 1

Logo PNDL_slogan_1 odeon Tarjeta1 Logo Renovado ESTANTRES DANZA blanco       Mai       Conseil_des_arts_de_Montréal